Hugo transmet sa première image d’un panache de méthane

Le troisième satellite de l’entreprise, GHGSat-C2 Hugo, a transmis sa première image d’un panache de méthane. Ce jalon clé a été atteint moins d’une semaine après son lancement du 24 janvier 2021.

Le nouveau satellite a détecté un panache de méthane émanant d’une installation pétrolière et gazière alors qu’il survolait l’Asie (figure 1). Le lendemain, GHGSat a confié à son deuxième satellite, Iris, qui est muni du même appareil breveté à haute résolution, la tâche de vérifier les données recueillies (figure 2). Les résultats préliminaires indiquent que Hugo est tout aussi performant qu’Iris dès sa mise en service.

 

Figure 1                                                                                                                                                        Figure 2

Hugo est muni d’un capteur à la fine pointe de la technologie capable de détecter des sources d’émission de méthane 100 fois plus faibles que certains autres satellites, tout en localisant ces sources d’émission avec une précision 100 fois supérieure à celle des autres satellites déjà en orbite. D’ici la fin de 2022, l’entreprise disposera d’une constellation de dix satellites de surveillance des émissions fournissant des données à une clientèle commerciale et gouvernementale à l’échelle de la planète.

Dans le cadre de la mission Transporter-1 de SpaceX, Hugo a été lancé à bord de la fusée Falcon 9 à partir de la base de lancement de Cap Canaveral à 10:00 (HE) le 24 janvier 2021. Ce lancement, qui faisait partie du programme Rideshare de SpaceX, a établi un nouveau record mondial du plus grand nombre de satellites lancés à l’aide d’une même fusée.

Stephane Germain, chef de la direction de GHGSat, a déclaré : « La rapidité de cette première observation de méthane est exceptionnelle et nous sommes très fiers que Hugo arrive à détecter des émissions dès sa première semaine en orbite. »